Partagez|

Casino un jour, Casino toujours ! (PV Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Casino un jour, Casino toujours ! (PV Andrew)
Ven 24 Juin - 2:08


Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Monstre

Monstre : 雪女 Yukio'nna. Etre doté d'une beauté intemporel qui perce même sous forme humaine. Maîtrise la glace et peut devenir immatérielle. La colère du Yukio'nna est redoutable et son enfant est plus précieux que tout.


‘‘

ft.Andrew Spencer

ft. Charlotte Rose

「 Un dieu parmi nous 」
Il faisait bon ici, enfin si bon on peut entendre que les climatiseurs marchaient du feu de dieu pour refroidir ce petit monde. Le BDE Médical de la région avait privatisé le plus gros casino de Ottawa pour réunir les médecins et étudiants pour disons célébrer le premier trentenaire du service de pédopsychiatrie du plus gros hôpital de la ville. C'était une fête, une vraie fête de riche avec les femmes en robe et les hommes en costards. Et j'y faisais partie. J'avais fais sensation comme d'habitude depuis ma transformation. J'avais la sensation que je portais un panneau éclaireur sur mon dos avec écrit « REGARDEZ MOI ».

Pourtant j'avais tout fait pour m'enlaidir pour paraître moins surhumaine, moins étrange. Même j'ai mis en valeurs le peu de graisse que j'avais réussis à obtenir avec ma grossesse. Mais rien à faire, je restais toujours rayonnante, mon visage accrochant parfaitement la lumière. Foutue transformation. Accoudée près du bar, tu sirotais sans vraiment y penser un verre d'eau glacé. Les hommes semblaient discuter avec les quelques femmes de l'assistance tandis que la majorité discutaient et erraient de bout en bout de la pièce l'air de rien mais les yeux remplis d'envie de ragot. Les rares étudiants venus semblaient perdus avec leur costard trop grand et leur robe cousue par papa, maman. Je dis ça mais moi je valais guère mieux avec ma robe de 30 dollars tout juste coupée pour ne pas ressembler à une mouchoir qu'une gamine maladroite aurait enroulée autour du corps de sa poupée pour lui faire une robe. Dire que j'étais venue pour m'amuser et me changer les idées, je suis ici prise au piège entre 2 hommes ennuyants et 2 femmes jalouses qui s'envoyaient mutuellement des piques dissimulés sous du miel noir.

Marchant lentement, je tentai de m'extirper de ma torpeur. C'était ennuyant aussi ennuyant qu'une fanfic yaoi écrite par une adolescente de 12 ans persuadée d'avoir écrit le nouveau Roméo et Juliette. je n'avais pas envie de parler, j'avais juste envie de te réveiller un peu. D'un coup, une musique céremonieuse et lourde retentit. Puis la voix du directeur de l'hôpital retentit :

-Mes amis ! Je suis heureux de vous voir ici parmi tous. C'est pour vous annoncer le grand evenement, la section pédopsychiatrie a accumulé plus de 40 000 000 euros de bénéfice. Un montant énorme en si peu de temps ! Je suis fier de vous tous, nous maintenons la population dans une santé mentale et physique parfaite ! Tenez bon mes confrères nous sommes celui qui huile les mécanismes du monde !

Tout le monde applaudit cette déclaration et  lentement j'approuvas. Même si ce discours me semblait plein d'autosuffisance et de présemption, j'approuvais ce message.  J'aimais savoir que le monde allait mieux grâce à moi. C'était un peu orgueilleux et égocentrique mais je suis humaine enfin j'étais. Suis je un esprit ? Une âme ? Comment sera mon bébé ? Comme moi ? Vais je mourir ? C'est ça ma punition pour mes mensonges ? De rester en vie aussi longtemps qu'il le faut ?

Le monde me paru lourd et si plein de mensonges, ces femmes qui écartaient les jambes en se pretendant pures et ses hommes qui s'enfoncaient en elles en se disant fidèles à leur épouses qui les attendaient en prétendant aimer cette vie faite de couches et de plats sales. Sans attendre, je m'assis lourdement sur le premier fauteuil qui se présentait devant moi.

Aussitôt, une horde me tomba dessus. Me demandant si j'avais soif, ou froid ou chaud ou si j'avais faim, si la réception était à mon goût. Avec mon habituel sourire de menteuse, tu répondis positivement à toutes. Pour ne pas froisser en fait. Mais je sentais dèjà l’étreinte du mensonge sur ma gorge. Simplement, j'hochais la tête avant de sourire de façon un peu forcée.

Très vite les festivités reprirent. On dansait en riant un verre de champagne de trop dans le nez et des pas un peu mal assurés. Je dansai parmi eux, un peu fière de ma nouvelle grâce et de la sensation enivrante de planer. Mon émoi avait été dissolu par cette danse fatiguante et ereintante. Une magnifique danse de poupée portant toutes des masques d'argiles et de sang.

Soudain un étrange presence se fit ressentir. Comme une pression asphyxiante et magnifique. Les portes en haut de la scène se sont brusquement ouverte sur un homme. Il pue voire transpirait la classe par toutes les pores de la peau.  Costard cravate, chevelure gominée et soigneusement coiffée. Il était musclé comme pas permis et ses yeux gris clair fouillaient l'assemblée avec ennui et presque mépris. Quand son regard se posa sur mon minois. Il était trop loin pour que tu devines exactement ce qu'il pense. Il descendit rapidement et je sentis comme une obligation. FUIR, FUIR, FUIR

Ce mot tournait dans ma tête comme si  j'étais une biche traquée. Reculant et quittant le cercle des danseurs. Tu te refugias derrière les lourdes machines de jeu qui avait été poussé dans un coin de la pièce pour profiter plus du cadre riche et luxueux de la pièce. Mon cœur battait très fort et tu ne savais pas pourquoi. Comme un sentiment de danger imminent. Bordel ça me faisait ça souvent, foutu paranoia. Tu restas blottie dans ton coin longtemps, suffisament longtemps pour me faire bailler et somnoler. Avec paresse, la pensée de la sieste traversa ton esprit. Secouant la tête, je me risquas à jeter un coup d'oeil derrière ma cachette. La pièce était voire plus rempli donc tu pouvais tenter sans trop de gêne de sortir jeter un coup d'oeil.

Sortant de ma cachette et en me dissimulant dans la foule, je voyais la porte de sortie comme un merveilleux appel, les bras tendus d'une femme pour me tirer de cette enfer. Je sentais les mains qui s'accrochait sur mon passage pour me retenir quand d'un coup, un « Mademoiselle ? » qui me semblait curieusement famillier tant la voix collait à l'idée de l'homme qui la portait. Te retournant lentement, ton joli sourire de circonstances en place et les yeux un peu gênés donnant à mon visage une rougeur idiote, je répondis à cet homme qui m'avait inspiré une peur et une fascination aussi étrange que compréhensible au vu de son statut. Car oui je le connaissais. Andrew Spencer, l'un des hommes les plus riches de cette ville, le propriétaire du casino et un amateur de femmes. Cela viens sûrement de là, cette peur sans nom que tu avais ressenti.

Bégayant un peu, surprise et sur le qui vive :

-Oui..vous désirez monsieur Spencer ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Casino un jour, Casino toujours ! (PV Andrew)
Ven 24 Juin - 15:09


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Hatina est un chat sournois invisible aux humains et qui s'amuse à attiser la haine des gens envers Andrew en murmurant des mensonges à leurs oreilles comme quoi Andrew méprise ceux qui ne sont pas riches. De plus il lui arrive d'interagir avec l'environnement pour faire accuser ou faire gaffer Andrew.
Personnage sur l'avatar - Anime : Sir Crocodile (One Piece)




‘‘
SPENCER Andrew & ROSE Charlotte@Casino Spencer
Casino un jour, Casino toujours !

En cette soirée spéciale où une partie du casino avait été privatisée par le BDE Médical de la région et en partenariat avec le plus gros hôpital de la ville, Andrew avait décidé de rester dans son bureau afin de planifier et organiser les futurs évènements qui auront lieu dans ce même casino. Recherchant de nouveaux artistes pour les spectacles, cherchant à renouveler les uniformes des employés et s'informant sur les avis des clients, le jeune propriétaire était vraiment déterminé à faire de ce casino une référence auprès des joueurs du continent Nord-américain.

Après un certain temps passé dans les papiers et ses recherches, Andrew décida de se lever de son bureau et prit la direction du comptoir dans son salon pour aller se servir un bourbon avant de s'asseoir dans un fauteuil pour jeter un œil aux images de la soirée depuis un écran de télé étant relié au système de vidéo-surveillance.

Malgré qu'il soit quelqu'un de très réservé en réalité, Andrew aimait jouer son rôle de playboy millionnaire et savait très bien qu'il serait très attendu à cette soirée même s'il n'avait en aucun cas fait savoir s'il s'y rendrait ou non. Décidé à entretenir le personnage qu'il avait construit aux yeux de la population, il commença à observer les invités de la soirée afin de repérer les gens qu'il pourrait aborder quand tout à coup son attention se posa sur une jeune femme qui semblait un peu mal à l'aise. Cheveux blonds vénitien, yeux bleus et à la silhouette envoutante, cette femme n'avait pas l'air de s'amuser et cela perturbait un peu Andrew se dit alors que c'était peut-être l'heure pour lui d'aller rejoindre les invités et pourquoi pas flirter avec cette jeune femme tel le gentleman qu'il est sans aller plus loin qu'un simple échange verbale voir une danse au plus. En vérité, alors que tout le monde le considère comme un chasseur de demoiselles, les flirts du jeune millionnaire ne vont jamais plus loin qu'un simple baiser car ce dernier est en réalité très timide et son personnage n'existe plus dans le cadre privé et dans l'intimité.

Son verre fini, Andrew, toujours bien vêtu, enfila une de ses nombreuses vestes à fourrure et pris la direction de l'ascenseur pour redescendre dans le hall principal. Alors qu'il se préparait à entrer dans la salle par le côté de la scène afin d'avoir une vue plongeante sur les invités, le jeune homme s'alluma un cigare et attendit quelques secondes avant d'entrer. Désormais dans la grande salle, accoudé au bord des escaliers, il scruta un peu partout dans la salle afin de retrouver la jeune femme qu'il avait pu apercevoir sur son écran. L'ayant finalement repéré non loin de la sortie, il se décida à marcher vers elle d'un pas décidé, hochant de temps en temps la tête pour saluer les invités de la soirée. Une fois arrivé à sa portée il l'interpella d'un "Mademoiselle ?" qui fût aussitôt suivi d'une réponse de la jeune femme.

"Oui..vous désirez monsieur Spencer ?"

Surpris de cette réponse très formelle et ponctuée d'un léger bégaiement, Andrew adressa un large sourire à la jeune femme et lui répondit aussi vite pour la mettre en confiance.

"Ne soyez pas si formelle voyons, nous sommes ici pour nous détendre et nous amuser."

Andrew se permit alors de tendre le bras vers elle afin de l'inviter à se joindre à lui pour une petite marche ajoutant d'un ton confiant

"Allons prendre l'air, vous ne me semblez pas au mieux"

Revenir en haut Aller en bas

Casino un jour, Casino toujours ! (PV Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Chocolat un jour, Chocolat toujours | PV Alyss|
» Scout un jour, Scout toujours !
» Gaffeuse un jour, gaffeuse toujours ! (Libre)
» Neiges un jour, neige toujours. [Pv: Ledha]
» Boursouf un jour, Boursouf toujours ! [Donald & Irving]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN NIGHT :: Ottawa :: Les distractions-