Partagez|

The creepy man and the faired-hair boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : The creepy man and the faired-hair boy
Mar 28 Juin - 23:23


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Alucard (Vlad Tepes) - Van Hellsing


‘‘

Ft. Judicael Winiger

“Violon. Instrument qui titille les oreilles humaines par le frottement d’une queue d'un cheval sur les boyaux d'un chat.”
Ambroise Bierce, Le Dictionnaire du Diable

The creepy man and the faired-hair boy



Une petite boutique nichée entre deux plus grandes surtout une vitrine qui laissait deviner divers instruments à cordes frottées. Cela donnait un ensemble de teintes et de nuances très agréables à l’œil, accordées comme les instruments que l'on vendait ici. Peut-être le dessinerait-il ce soir, si son violon nécessitait des soins plus approfondis. En tout cas Sixte avait trouvé la boutique que lui avait conseillé son collègue en musique quand il lui avait fait part de son problème.
Il entra et fut aussitôt assailli par une multitudes de sensations. Le son clair-aigu de la clochette au-dessus de la porte, la senteurs des différents bois des instrument et celui des produits utilisés pour le nettoyage qui se mêlait en un entêtant parfum, la danse de la poussière qui volait dans la lumière, la fraîcheur de l'intérieur après la chaleur du dehors. Cela lui fit oublier un moment la raison de sa venue. Il se planta devant un des violons, aux couleurs chaudes et veloutées en entortillant une boucle autour de son index.

Une voix insistante le tira de sa contemplation. Il tourna la tête vers sa source, pour voir un jeune homme le regardait. Ah, il avait encore dû se perdre dans ses pensées. Il lâcha sa mèche de cheveux et le contourna pour aller jusqu'au comptoir. Voilà, maintenant il pouvait parler de ce qui l'amenait ici. Il attendit que le vendeur alla derrière.

Bonjour. Mon violon produit des sons plus stridents depuis avant-hier. J'ai changé les cordes mais cela n'a rien fait. Pouvez-vous regarder ce qui ne va pas s'il vous plaît?

Toujours être poli et demander à la personne si elle voulait plutôt que de lui ordonner, même si elle était payée pour ça. Tout en parlant, il avait posé dessus son étui à violon et sortit son instrument. Il était vieux, ses parents lui avaient acheté d'occasion. Un taille entier malgré son âge, parce qu'il voulait le même qu'il avait vu à la télé et qu'il n'aurait jamais touché à un autre. Mais toutes les pièces étaient d'origine, à part les cordes bien sûr, il avait toujours pris soin de bien l'entretenir, d'abord par un luthier de Toronto, puis par lui-même quand il avait déménagé ici. C'était la première fois qu'il avait un ennui avec ici.
Il tendit délicatement au jeune homme son violon. Il ne l'avait pas regardé dans les yeux une seule fois, obnubilé par ce qu'il tenait dans les mains mais il avait reconnu le blond qu'il avait croqué l'autre jour au métro. Il y était resté longtemps, au moins une bonne trentaine de minutes, un peu à l'écart des autres gens qui regardaient et passer pour ne pas être bousculer. Puis, une fois satisfait, il était parti sans rien dire. Il n'avait absolument pas conscience que cela avait dû être inquiétant ou du moins stressant pour le garçon d'être observé ainsi, comme Sixte n'avait eu aucune intention mauvaise à son égard et que celui-ci ne le lui avait pas dit. Tout comme il ne le lui avait pas mentionné aujourd'hui car cela n'avait aucune importance et lien avec ce qui l'amenait ici.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: The creepy man and the faired-hair boy
Jeu 30 Juin - 11:52


Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Monstre

Monstre : Eikthyrnir Ω Hybride cerf à l'aura enchanteresse, aux bois majestueux et au regard perçant. Bête des dieux, il fut chanceux quant à sa malédiction et peut-être s'attire-t-il certaines foudres bien qu'il n'ait rien choisi. Causes de la transformation encore inconnues, les carottes font parties du lot des choses qu'il ne peut plus manger.
Personnage sur l'avatar - Anime : Tsukishima Kei Ω Haikyuu!!


Moonlight drive
burning through the skies a thing of fire connected with our minds and called us higher crawled across the skies and called our name we are the children of the sun we came to be and to become we are the children on course to where we're from ©alas.


‘‘
The creeypy man and the fair-haired boy

       

Quand ce matin tu es arrivé à la boutique, elle était encore fermée. le jour se levait à peine et tu pouvais voir les rayons dessiner des formes abstraites sur la devanture vieillie de la boutique. Le vieux n'est apparemment pas là aujourd'hui et c'est une chance que tu sois arrivé à l'heure sinon, tu sais que la boutique serait restée fermée jusqu'à ton arrivée un peu tardive. Tu n'as pas pour habitude d'être ponctuel mais c'est comme si aujourd'hui, tu l'avais senti -ou peut-être t'avait-il prévenu et l'éclair de génie qui semble t'avoir frappé n'est en fait qu'une réminiscence de dires passés ? En tout cas, tu sais que tu es ici à l'heure et même si tu aurais préféré être dans ton lit à cette heure-ci, il est agréable de sentir la ville se réveiller un peu après nous, il est agréable d'entendre le calme et de sentir la tranquillité des environs.
Tu as toujours aimé l'odeur de cette boutique. Un peu vieille, boisée, voilée, quelque chose qu'on ne sent nulle part ailleurs qu'ici et ça avait le don de te faire sourire. Une sorte de baume au coeur. Un truc qui te rend un peu spécial peut-être aussi. On t'a un jour dit que cette odeur était là, restée incrustée un peu dans tes vêtements, un peu dans ta peau et ça avait eu le don de te faire sourire. T'as allumé les lumières un peu jaunâtre qui éclairent difficilement les instruments et tu es passé en arrière boutique pour poser tes vêtements, enfilé un tablier sali de différents produits ainsi qu'un masque. Tu avoueras que le masque de chirurgien, c'est un peu pour faire beau plus qu'autre chose, te donner un petit côté rebelle mais il y a aussi certains produits, certains vernis qui te chatouillent le nez et dont l'odeur n'est pas tout à fait agréable à supporter.

La porte s'ouvrit difficilement sur un client et de ta place à l'arrière-boutique, tu entendis la clochette tinter. Doux son que voilà, tu adores quand des clients arrivent. Souvent, tu paries seul avec toi-même sur la tête qu'ils peuvent avoir et sur les problèmes qu'ils peuvent t'apporter mais tu es souvent déçu ; d'abord parce qu'il n'y a jamais rien de bien grave mais aussi parce que se sont pour la plupart des habitués qui viennent trop souvent pour que ce soit permis. Alors qu'aujourd'hui tu avais abandonné ton petit jeu stupide -tu n'avais personne pour partager ta pseudo victoire puisque le vieux avait pris un jour de repos, c'est un nouveau visage qui se dessina sur ta rétine. Un sourire éclaira ton visage, tu enfonças tes lunettes sur le haut de ton nez et passa une main dans tes cheveux platines ébouriffés puis abaissa le masque sur ton menton ; « Bonjour, bienvenue ! Que puis-je faire pour vous aider ? » mais c'est le silence qui te répondit. Tu réitéras alors ta question, espérant une réponse et c'est alors que l'inconnu sembla décidé.
« Je vais voir ce que je peux faire, bien sûr. » dis-tu avec l'agréable sourire du commercial à la fois sincère mais pas trop. C'est que l'interaction sociale de ce genre-là, c'est pas trop ton fort alors le vieux il t'a dit de tout simplement sourire et de toujours dire en hochant la tête parce que la règle d'or, c'est que le client est roi. De toute manière, celui-ci n'avait pas vraiment l'air désagréable à première vue et quand tu as redressé ton regard doré vers lui, tu as légèrement froncé les sourcils. Tu ne voulais que l'observer, quelques instants, pour te souvenir de son visage au cas où il reviendrait un jour mais tes doigts habiles se sont arrêtés de courir sur le violent tout comme ton regard s'est arrêté sur lui. Son visage te disait déjà quelque chose et alors, tu as légèrement penché ta tête en avant, comme pour le voir un peu mieux ; « On ne s'est pas déjà croisé ? » As-tu demandé à tout hasard, un peu comme une vieille technique de drague mais avec peut-être le plus gros sérieux dont tu as pu faire preuve jusqu'à maintenant ; « Je suis certain de vous avoir déjà vu... » et tu sembles réfléchir alors que tu reportes ton attention sur le violon ; tu n'as pas vraiment le temps de te concentrer à nouveau que, eurêka la solution t'apparaît et tu redresses une nouvelle fois la tête ; « Vous êtes le mec chelou du métro ! » t'es-tu exclamé avant de poser une main sur ton visage. T'as laissé sortir ce que tu pensais sous l'impulsivité et il y avait de grandes chances pour que tu l'aies vexé -tu n'espères pas perdre ton client aujourd'hui. « Enfin, vous vous teniez loin des autres et vous me regardiez jouer et vous faisiez... Je ne sais trop quoi. » parce que tu n'as pas vraiment eu la possibilité de voir et tu fais une petite moue désolée, comme pour t'excuser de tes paroles précédentes. « Au moins j'peux supposer que je ne jouais pas trop mal. » As-tu laissé échappé avec un léger rire, comme pour détendre l'atmosphère.

(c) khάη

Revenir en haut Aller en bas

The creepy man and the faired-hair boy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» « Toi que j'appellais mon frère, comment peut tu autant me hair ? Est-ce vraiment ton désir ?» •• PV ISRAËL
» Match #1 - POUFSOUFFLE vs SERPENTARD
» Visite au club 3M de Colmar
» Rapunzel, Rapunzel, let down your hair.
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN NIGHT :: Ottawa :: Avenues :: Les rues commerçantes-