Partagez|

{ end } #weirdo — bill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : { end } #weirdo — bill
Jeu 21 Juil - 18:23



avatar
Invité
Invité



‘‘
Billie Prescott
who is
here ?

◮ Genre : à la pêche aux moules moules moules !
◮ Naissance : 21.06.98 à Los Angeles ( 18 ans ).
◮ Groupe : monstre.
◮ Orientation Sexuelle : bisexuelle paumé.
◮ Autre : 5e année high school ( tu as doublé plusieurs années aussi ) et pompier. Ah non, elle fume comme un pompier et branle comme un chat. Mais en vrai, elle habite un quartier bofbof de la capitale, un appart' de bonne juste assez pour se payer à manger. Elle reçoit un montant de 1000 dollars/mois par ses géniteurs. Elle bosse dans un magasin de fringue ( le genre de fripes qu'elle adore en plus ).

« - Tu aimes les choses dites gore, Billie ?
- Ça dépend de l'intensité, on va dire.
- Comment ça ?
- Bah faut que ce soit bien fait. Jore, les blessures et tout. Pas trop de sang, un effet qui fait genre : Eeeeeerk, la totale quoi !
- Ah, je vois, et tu aimes le sang donc ?
- *soupire* »

Non. Tu n'as jamais été vraiment comprise par les gens qui t'on ausculté. Billie est autiste, Billie est psychotique, Billie est ci, Billie est ça. Mais le pire dans tout ça, c'est que personne n'a essayé de creuser un peu plus à droite pour trouver la vraie et dénommée Billie. Billie, Billie. Trop de Billie. Un prénom qui contre son gré, retient une certaine attention. Tu n'aimes pas attirer lles regards et pourtant, tu ne fais que ça, surprendre la populace. Pourquoi ? Tu es hors norme. Tu es incomprise, car tu aimes les films d'horreur, tu aimes lire des choses glauques et que sur ton visage, la léthargie dans toute sa splendeur peut s'y afficher. Tu es surtout méconnue de tes géniteurs qui depuis le début de ta décadence t'envoie lécher les sièges en cuir des dix meilleurs psys du pays. Tu n'oses point dire non, tu n'as plus la force et surtout ton ardeur d’antan pour t'y opposer. Depuis quelque temps, tu es blasée.

« - Tu ressens quoi le plus souvent ?
- Rien, juste le vide.
- Et il y a quoi dans le vide ?
- Du gris, du brouillard, des larmes acides
- Pourquoi ? Pourquoi te sens-tu si irritée et neutre à la fois ?
- Vous voyez la big bang théory ? Bah c'est moi qui en résulte »

Tu es pourtant tellement de choses à la fois. Une explosion de saveur épicée, douce et amère. Des chutes, des victoires, du désespoir. Tu es dépressive de ta vie, tu es devant ce bordel ambulant qui s'écroule toujours un peu plus sur tes plates-bandes. Alors tu as commensale par une latte, puis deux, puis vingt, puis un paquet et adjugé vendu : un joli paquet par jour. Au début, ça sent la mort, les entrailles qui se décomposent. Quand tu as commencé à fumer, tu t'es dit : je vais me suicider. Quand tu commences vers tes 15 années à mettre des sous dans le cochonnet pour ces petites bouilles multinationalistes, tu penses vraiment que c'est la fin. Mais elles ont finalement donné une ficelle en plus qui permettait de t'en tenir à la vie, de jouer encore quelques parties de poker avec les déserts de tes pensées qui gonflent comme de jolis ballons paresseux. Tu n'as pas de vie triste. Tes parents sont clairement bien payés, la baraque bien nichée et le frigidaire toujours bien remplis comme il le faut. Non, tu n'as juste pas trouvé de raison de rester, ça peut paraître con, mais tu te sens conne et seule dans ta chambre, étalant tes jambes sur tes feuilles de cours pour faire une petite sieste. Tu es malade de monotonie. Et l'amour étouffant de tes parents t'a repoussé au point d'être dégoûtée à toute forme d'amour existante. Toi, tu veux fumer sur une falaise, les narines branchées sur l'odeur des écumes et les doigts glissant entre les zéphyrs salés.

« - Des absences ? Comment ça ?
- Je sais pas, je ne suis plus dans mon corps durant ces moments-là. Je suis dans mon Fluffyland où tout est si lent et doux, chaud et tendre. Je regarde du haut de mon nuage des souvenirs d'enfance …
- Ta mère m'a dit que tu t'étais arrêtée en plein milieu d'une route et qu'elle avait beau crié, tu ne répondais pas. Même cas dimanche passé à table. Je pense à un cas d'amnésie ... »

Weirdo. Depuis toute petite, il t'arrive de t'interrompre, de regarder dans le vague. Tu perds la notion de vie et ton esprit vagabonde le temps de trente secondes dans les méandres du cerveau, rugueux et complexe. Des pensées nourries au crack et à l’adrénaline tellement le fruit de ton imagination est intense. Un monde calme, parfois agité, parfois noir et sans souffle. Tes absences surviennent quand tu es en état de choc. Parfois, elles se transforment en crise d 'épilepsie. Et ça, ce n'est vraiment pas cool. Ce n'est pas cool de tomber à vélo sans raison, de te figer en public durant quelques secondes, non, parfois, c'est pesant. Et le pire, c'est que tu ne souviens pas, alors tu écoutes les rires, l'auditoire imaginaire d'une prépubère ( petit article sur les absences qui sont de défaillances du cerveau, grossièrement dit : www ).

« - Tu n'aimes pas les gens ?
- Non, ils sont viles.
- Je suis vile ?
- Tout le monde est vile.
- Je t'aide pourtant.
- Ah bon ? Je ne vois pas de différence pourtant »

Clairement, les gens ça te dépasse. Ils sont compliqués et tu détestes réfléchir pour trouver une solution à un casse-tête surtout si celui-ci est social. Tu préfères les fixer au lieu de leur parler, de voir à quel point la déchéance de leur cervelet est tombée bas. Tu n'aimes pas les gens, tu ne sais jamais où et quand être toi-même. Où sortir une blague, un rire, un commentaire. Les humains sont aléatoires et ne fonctionnent pas comme l'aiguille précise d'une horloge. Tu n'as pas de juste-milieu et quand tu abuses un peu trop de ta personnalité, tout le monde se dissipe jusqu'à ne laisser une éternelle solitude qui pourrit ton cœur jusqu’à la moelle. La différence est flagrante, albinos, les cheveux blancs, les yeux rouges et la peau pâle et surtout fragile. Sans oublier la tournure érotique de ton amour pour les vêtements sobres et extravertis. Tu es mignonne, mais hors norme. Tu es folle et absente. Tu es Billie et Billie, c'est un putain de big bang theory. Alors assis et écouter le chant de Billie. Compris ?


« Tu vois, parfois, je m'assieds, je regarde dans le vague. J'ai l'impression d'être en permanence sous cocaïne tellement mes pensées sont bridées par la gravité de mon utopie. En vrai, je sais vraiment pas comment je fonctionne. Mais je sais que la clope ça me calme et qu'après, je rêve d'Evan Peters qui me tient la main pour aller manger des frites. Du coup, j'aime bien la cigarette. Mes parents le savent, mais ils semblent ne plus vouloir me faire dégobiller dans les toilettes comme avant. Dégobiller mes larmes, mais c'est finit. Maintenant, je ne ressens que le vêtement ample de l'imagination. Je suis un oiseau qui peut s'envoler quand tout déraille, car plus rien n'arrive à toucher mes entrailles. Pour le moment. Non mais en vrai, je suis une chic fille. Blasée et tordue, mais j'suis sûre qu'on pourra papoter autour d'un bol de spaghetti au ketchup, hein, my old friend ? »
he
ad
bo
dy
◮ Origine/Type : Tu es arminienne de mère et américaine de père. Ton arrière grand-père maternel t'as laissé un bel héritage : l'albinisme. Depuis toujours, tu te barbouilles de crème solaire, car le soleil te crame la peau très facilement.
◮ Taille & Poids : Tu ne pèses pas bien lourd vu que tu ne manges que très peu. Il a quelques années, tu faisais des crises boulimie qui se sont stoppées avec des rencards à l'hôpital. T'aimes bien manger maintenant surtout les sushis car ça cale facile. Tes doigts sont, par contre, très squelettiques et tes veines sont énormément voyantes à cause de la couleur lune de ta peau. Tu as d'ailleurs toujours peur de te vider de ton sang tellement ta peau est fine et fragile.
◮ Corpulence : Fine, les côtes quelques peu saillantes et aiguës. Tu as presque la peau sur les os, tu n'as que pour seule relief, tes hanches féminine et une petite poitrine en B.
◮ Couleur des cheveux et des yeux : Cheveux d'un gris/blanc éclatant et aussi des yeux rouges qui te donne un air de zombie en quête de chaire fraiche. Tes rétines sont très sensibles, tu te trimballes donc toujours avec des lunettes de soleil puis bon, tu trouves que ça te donne un air cool alors tu aimes bien finalement. Pasque c'est cool d'être cool ainsi qu'avoir des cheveux comme quick silver.
◮ Autre : Tu as d'ancienne scarification sur tes bras et tes cuisses, dorénavant, te scier l'épiderme te passe au-dessus. Tu n'as même plus honte de les afficher. — Tu t'es fait percer la langue le jour de tes seize ans ( tes parents ont été très réticent face à ce choix, mais ils essayent tant bien que de mal de te laisser grandir ) et il y a trois mois, tu t'es fait un smiley tout simple. Tu envisages d'attaquer les joues si un jour tu en auras le courage. Tu n'as pas encore de tatouage, un rêve un peu trop utopique vu la fragilité de ta peau.  

◮ Style vestimentaire : Tu A D O R E S les friperies et les fringues sobres. Tu peux adopter plusieurs styles vestimentaires, mais tu es raide dingue de fouiller dans les ventes vintages au kilo ou les brocantes. Malgré ça, tu préfères les vêtements amples donc tu évites les jeans slim. Tu portes souvent des converses hautes ou de petites ( ton pied est minuscule vu que tu mesures la petite taille d'un mètre cinquante-deux pommes ) creepers en toile ou vernie. Sinon, tu peux porter un peu de tout, tu n'as pas de style défini. Tant que ça te plaît. Par contre, tu adores acheter des t-shirts ( cent trente-sept à l'heure actuelle, pliés et rangés dans ton armoire, oui oui ).
Histoire



« Non en vrai l'enfance c'est pas le commencement de l'existence. Tu existes quand tu souffres, quand tu vois que le monde c'est juste de la merde paradoxale. C'est un putain de film d'horreur. Mais j'aime bien regarder des films d'horreurs en fumant, la fumée ça masque les choses pas trop jolies à voir si tu vois c'que je veux dire ».

Pour faire simple, ton enfance, c'était le paradis aux mioches. Tes parents gagnaient leur vie comme de parfaits américains dans leur villa piscine à Los Angeles. Tu es née dans l'amour, le bonheur et le pognon surtout. Ils ont dépensé une fortune pour toi. Le poney déprimant pour les anniversaires, la maison de collection barbie et ken, vous voyez le truc. Non, tu étais une enfant totalement chanceuse. Un peu plus fragile que les autres à cause de ton albinisme qui avait touché ton arrière grand-père. Cette maladie avait sauté une génération pour te faire chier toi. C'est l'éclate. Ta vie a vraiment commencé vers tes douze ans. Quand tu as eu la possibilité d'effleurer du bout de tes doigts l'asphalte lisse d'un écran d'ordinateur. Puis tu continuas érotiquement à faire grincer les clavier, le bruit clinquant de la souris sans fil et puis là BIM : le coup de foudre. Internet, tu l'as aimé comme personne, tu l'as renié comme jamais et tu l'aimes toujours autant malgré la bullshit qu'il t'a offert sur un plateau surfant.

« Bah en fait c'était cool de pouvoir parler à plein de gens, de faire tout ce que je veux puis les boutiques en ligne c'est super pratique. J'ai même entendu parler d'un deep wep, ça à l'air trop cool. Mais plus je fixais l'écran plus le temps s'écoulait rapidement. Et je me suis retrouvé un soucis : sans internet, j'arrivais plus à parler aux gens. Non, à cause d'internet ».

Tu n'avais pas vraiment de vrais potes. Juste quelques filles, des voisines, qui fréquentait le même collège que toi. A cette époque, tu n'étais encore rien. Juste un bébé de la société, une fille banale et sans goût. Le web t'a donné ce petit côté gluant, mais appétissant, il t'a rendu un peu plus décalée.
Il a changé d'abord ta personnalité. Finis la Billie féminine.
Tu t'es laissé allée.
Finis la pop musique à la mode.
T'as découvert la trap, le rock, la liberté d'écouter ton cœur battre au son des décibels.
Finis le dialecte de putas à la modas.
Non, t'as découvert les livres, les mots, les auteurs. Tu t'es mises à boire les lettres comme du crack.
Tout a radicalement changé en l'espace d'un an. Tu étais devenue une autre personne. Tu dis souvent que tu as quatre ans, car cela fait quatre ans que tu subsistes dans les tréfonds de ta chambre. Tes parents se sont mis à être infernaux. Ils ne voulaient pas un tel changement. Ils ont d'abord coupé internet, privé de technologie, t'ont inscrite à des stages de jeune, ils ont bafoués leur rôle protecteur. C'est alors que les psys ont commencé à défiler « Notre fille n'est pas normale ».


« Donc après j'ai commencé à complexer sur tout. J'étais pas grosse mais trop maigre. Alors je me bouffais à en crever. Je supportais plus le goût de la bouffe que je vomissais. Pendant deux ans, c'était les limbes pour moi. J'ai encore eu de la chance par rapport aux autres meufettes. Non moi j'ai réussi à m'accepter un peu plus en deux ans seulement. Je lisais beaucoup, les mots sont chauds et doux. Ils ont épongé le sang sur mes bras, ils ont glissé jusqu'à mon cervelet, ils m'ont donné de la détermination ».

Les crises de boulimie. C'était le pied. Encore aujourd'hui, tu es dégoûtée de la nourriture jusqu'à devenir végétarienne. Tes opinions sur le monde ont divergé, ton corps te répugnait, tu voyais à peu près la vraie face de l'univers infini et douloureux. C'est l’adolescence diront certains, mais toi, tu penses que c'est autre chose, que t'as hérité d'un cerveau malade. Combien tu aurais donné à l'époque pour n'avoir jamais goûté à la luxure et la démesure des pixels. Vivre dans l’insouciance, avoir un mec con, des gosses cons, des cours de pilate de cons. Puis même, auras-tu des enfants un jour ? Les filles sont belles, elles sont attirantes, leur courbe onctueuse et leurs cheveux d'amande. Puis les gars, les pommettes du matin, les mains fortes en acier trempés. Tu aimes les deux, tu ne sais choisir. Une fois, une fille t'a roulé une pelle et tu as aimé. C'était si éphémère et magique, une autre sensation, tu veux encore poser tes mains sur son cou, sa hanche, dévorer sa langue avec amour et passion. Les mecs te font un peu plus peurs. Tu n'aimes pas qu'ils te touchent, qu'ils te regardent, tu as honte de toi. Mais le regard des filles, c'est carrément autre chose. Mais l'amour t'importe peu. Toi ce que tu aimes, c'est de faire l'amour à la culture, à la nature. Le calme d'un bosquet en été, l'odeur du soufre au pied d'un volcan, la puissance des ouragans marins, non, tu aimes trop la vie et hélas, tu as voulu en finir avec elle un bon nombre de fois. Tu es égarée, encore et toujours au pied du mur avec la mousse de la haine et de la peur aux lèvres, enragée comme un coyote.

« Du coup, on m'a diagnostiqué plein de trucs du type : dépression, suicidaire sans oublier les absences. Au fond, j'vais les voir juste pour faire plaisir à mes parents, mais leurs pilules, je les recrache aux toilettes. J'aimerai qu'on me foute la paix, qu'on me laisse évoluer, merde. Ils m'ont envoyé au Canada, avec les gens et leur accent mzi là, le grand air c'est un remède contre les maux, elle m'a dit. D'accord, stuv' mam's. J'vous parle même pas de la fois où elle m'a vu fumé en douce. Non, j'ai singé mon arrêt de mort pour une académie so high, j'aime pas l'école puis j'ai pas vraiment d'avenir en vue pour le moment ».


L'ordre mon cul,
La liberté m'habite.


Il fait très froid au Canada. Il fait très bon de vivre au Canada. Plaqué contre un arbre, tu humes l'odeur de la neige qui tombe allégrement sur tes joues poudrées de blancheur. Les pigeons picorent la sève sur la cime des sapins, le ruisseau coule en parfaite harmonie avec tes larmes. Tu n'étais point triste mais tant de beauté, de ruralité et de simplicité te rendait toute chose. Tu n'avais trouvé à Los Angeles qu'une icône de mode, de superficialité et de vie emmagasinée. À cet instant de ta vie, tu as levé tes yeux au ciel. Tu aurais tellement voulu vivre hors de toute cette pression, de toute cette tristesse qui ont ruiné ton corps. Tu aurais voulu t’appeler Elisa Potter, Elliot Ambrose, non, tu aurais voulu être quelqu'un d'autre, dans un lieu comme ici. Avec un corps pur, un esprit sain, un regard encore intact. Ça te faisait crever de repenser à ta vie. Billie voulait juste respirer l'air et la comptine de l'essence de la vie.

« Mes parents étaient franchement sympas. J'ai eu de la chance, j'en ai conscience. Mais je n'aime plus cette vie. Je suis triste et pour moi, le bonheur, c'est ressentir ce sentiment de chaleur dans mon cœur. La simplicité. Pitié, j'suis en mode trop sérieuse là ahaha »

Ça clignote vraiment vite. Ça charge si lentement. Ça fait fureur sur le forum où tu es. La fameuse page noire. Et elle est finalement enfin là, devant toi. Ça fait battre ton cœur d'espoir. Mais comme des centaines d'autres histoires, ça ne pouvait qu'être qu'un canular. Puis le chargement se finit et tu écris ton vœu : je veux revivre une vie entière dans le calme des hirondelles. Tu valides et tu attends. « Mdr, ça marche pas, bah oui ».

Le feu a pourtant eu le temps de se répandre dans tes vicaires et il a décapité une bonne fois pour toute l'espoir qu'il te restait.




Monstre
CALCIFER — Le démon qui te possède est de type feu. Calcifer, c'est le démon du feu. Il est malicieux, sournois et farceur mais totalement perdu dans les méandres des enfers. Il est malin, mais pas monstrueux. Lorsque tu deviens rouge de colère, il en profite pour se montrer en dictant des dires et tes gestes pour ainsi décupler leur ébullition. Quand ton esprit est vide, il en profite aussi pour venir siffler ses paroles parfois gentilles mais parfois manipulatrices. Il t'a déjà poussé à foutre le feu à ton studio, car cela mettrait en colère le connard qui te sert de propriétaire.

Depuis que Calcifer hante tes vicaire, tu éprouve un profond intérêt pour le feu. Une pyromanie qui se veut silencieuse et secrète. Tu essayes tant bien que de mal de rendre tes pulsions infimes, mais la tentation est le fruit du diable et ses démons. Calcifer adore les pactes et les défis, tu joues donc avec cela pour qu'il te laisse la paix. Ce sont souvent des jeux et des gages futiles et sans intérêt qui amusent le démon.

Tu n'as point de forme monstrueuse, mais un don. Celui de pouvoir créer le feu du bout de tes doigts ( ta peau est d'ailleurs immunisée contre la chaleur, elle ne brûle pas ) et un jour, quand l'expérience, tu auras, tu pourras alors commander cet élément de ton esprit. Cependant, ce don entraîne une douloureuse et horrible douleur : la sensation que l'intérieur de ton corps brûle, que tes veines s'enflamment. Un excès peut entraîner un évanouissement et parfois : la mort.

Non, franchement, c'est sympas parfois de discuter avec Calcifer.

Le Joueur

◮ Prénom/Surnom : von.
◮ Âge : 16 yo.
◮ Comment as-tu trouvé le forum ? top-site. ♥
◮ Et comment tu le trouves, maintenant ? so dark.  What a Face
◮ Qu'est ce que t'inspire le mot "Outaouais" ? Stromae.  Hum barbe
◮ Quelque chose à dire ? On dit souvent de moi que je suis insuportable.  Noel


Ps : pour mes futurs partenaires rp et pour la correction de ma fiche : je suis dyslexique, je laisse beaucoup de fautes et même avec le correcteur, ça ne suffit pas. Je préfère prévenir car on m'a déjà refusé sur un forum à cause de ça ahaha.    


Dernière édition par Billie Prescott le Ven 22 Juil - 18:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Jeu 21 Juil - 20:46


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Tectus est un petit renard au pelage aussi blanc que les cheveux de Max.
Il est sournois et très intelligent. Il fera tout pour détruire la vie politique de Max car il considère qu'il ne mérite pas sa victoire. Il sera donc souvent loin de celui-ci dans le but d'aller créer des rumeurs plus ou moins avérées.
Personnage sur l'avatar - Anime : Inconnu



               


‘‘
Bienvenue encore Billie, et bonne chance pour le reste de ta fiche o/ elle est déjà bien entamée ^^
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Jeu 21 Juil - 23:34


Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Monstre

Monstre : Centaure au corps de cheval, au buste humain et aux cornes de bélier. Aussi, sous sa forme monstrueuse, Maximilian s'avère être bien plus grand que sous sa forme humanoïde.
Personnage sur l'avatar - Anime : Danemark ;; Axis Powers Hetalia.


‘‘
t mosh kass toa

Bienvenue et bonne chance pour le reste de ta fiche !
Bon choix d'avatar par ailleurs krrkrr ❤
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Ven 22 Juil - 10:57


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Type: Corbeau
Prénom: Malum
Caractéristiques: Oiseau assez imposant, il force Lys à assister à des choses morbides en l'y conduisant de façon subtile et est responsable de l'affectation de Lys à des patients dont la mort est assurée.
Personnage sur l'avatar - Anime : Kise Ryouta - Kuroko no basket




‘‘
COUCOU BIENVENUE

CALCIFEEEEEER J ÉD JFJDJEJKSJDJEJ❤❤❤

Bref, bon courage pour finir ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Ven 22 Juil - 18:36



avatar
Invité
Invité



‘‘
MERCIIIII LES AMIS. Hihi Noel

Je poste pour dire que : FINI LA FICHAS DEL BILLIAS.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Mer 27 Juil - 0:17


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
ReBienvenue !!

Pour ta fiche : j'en ai peut être loupé mais j'ai pas vu de fautes.
Sinon waaaaaah !!  je suis scotchée ! Tu écris VRAIMENTsuper méga trop bien !! ❤(j'aime la petite réf. au roi lion xD). Ta fiche est magnifique. Franchement châpô !
(Il va falloir que Billie aille voir Jiro pour les sushis) ET OMG je suis amoureuse du gif que tu as mis dans la partie monstre ❤

JE TE VALIDE ! J'espère que tu te plairas sur le fow ! Je te mets pas les petits liens utiles de post-validation car je galère avec ma tablette xD je les poste dans un autre message ce soir ou je demanderais à un autre membre du staff de le faire demain :3 J'espère que ça ira désolée !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill
Mer 27 Juil - 0:21


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
Petits liens utiles
Après la validation

Rescencement de ton avatar : WWW.
Fiche de Relation : WWW.
Demande de RP : WWW.
Le Flood : WWW.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: { end } #weirdo — bill



Contenu sponsorisé




‘‘
Revenir en haut Aller en bas

{ end } #weirdo — bill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Bill Clinton will be named a U.N. special envoy on Haiti
» Bill Clinton, UN chief seek aid for Haiti
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏
» what you did not know about bill clinton!!!
» Qui a nommé Bill Clinton Co president de la CIRH?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN NIGHT :: Personnages :: Présentations :: Dossiers :: Fiches Validées :: Monstre-