Partagez|

Under the sea [Ft Mumu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Under the sea [Ft Mumu]
Mar 9 Aoû - 18:14


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Tectus est un petit renard au pelage aussi blanc que les cheveux de Max.
Il est sournois et très intelligent. Il fera tout pour détruire la vie politique de Max car il considère qu'il ne mérite pas sa victoire. Il sera donc souvent loin de celui-ci dans le but d'aller créer des rumeurs plus ou moins avérées.
Personnage sur l'avatar - Anime : Inconnu



               


‘‘
Under the sea Ft. Murphy 
                   

Trente dollars pour une seule entrée? Pour aller voir des foutus poissons, on pouvait dire que c’était volé. Peut-être que le prix avait monté en raison de l’afflux de touristes dans la ville en cette période de l’année, quand même, trente dollars c’était pas donné. Max ce demandait ce qu’il pouvait y avoir de si spécial dans cet aquarium pour que ça coûte aussi cher.

En fait, quand il avait reçu le message de Murphy, Max avait tout de suite demandé aux secrétaires du Cabinet si elle avait en tête un endroit qui était populaire, où il y avait beaucoup de monde. L’un d’elle était allé à l’aquarium avec ses enfants et ils avaient passé un bon temps là-bas. Elle avait ensuite dit quelque chose à propos de peluches, mais Max avait déjà tourné les talons pour répondre à la présentatrice de nouvelles et n’avait rien entendu. Ce qu’elle n’avait définitivement pas dit, c’était que le prix d’entrer était exagérer. Avoir su, Max aurait trouvé autre chose. Mais il était déjà arrivé au comptoir, et paya son billet et celui d’Hawkins, avant d’attendre devant un requin en carton. Le pauvre portait des lunettes de soleil et avait entre les nageoires une planche de surf, pour plaire à la jeune clientèle. Ouais, les requins sont vos potes… Facile à dire quand on est à des kilomètres de l’océan.

Max faisait les cents pas, jetant des coups d’œil vers l’entrée à quelques reprises. En parlant des candidats de son partie en mal, il briserait son serment fait lorsqu’il avait été élu, puis promu. Le Whip était censé être dans l’ombre, comme le concierge qui passe pour s’assurer de maintenir tout parfaitement en ordre. Donner des pots de vins, construire des faits, menacer et convaincre, tout ça faisait partie de son boulot.

La trahison n’en faisait pas partie. Si quelqu’un venait à savoir ce qu’il s’apprêtait à faire, il pourrait dire adieu à toute crédibilité. En quelque sorte, il remettait son sort entre les mains de mademoiselle Hawkins. Y songer le rendait étrangement nerveux. Saurait-elle être discrète? D’ailleurs, il se demandait toujours ce qui l’avait fait changer d’avis. Elle avait été plutôt vague à ce sujet.

Max passa une main sur son visage, se demandant s’il n’était pas en train de faire une énorme erreur.

Lorsqu’il vit la jeune femme entrer dans l’aquarium, Max se ressaisi et sembla retrouver toute son assurance. Il tendit la main à Murphy, d’une poigne convaincue. Il avait gardé sa chemise bleu pâle, et laisser dans sa voiture sa veste et cravate noire, n’ayant pas eu le temps de revenir chez lui avant leur rendez-vous.

-Heureux de vous revoir, dit-il avec un sourire chaleureux. Puis, il tira un des billets de sa poche arrière, pour le tendre à la journaliste. J’ai déjà payé votre billet, ça vous évitera de faire la file. Vous êtes prête à y aller? Je ne suis pas venu jusqu’ici pour rester devant le requin ami-des-tous-petits.

Quand même, l’aquarium était assez grand pour faire le tour en une heure. C’était largement assez long pour planter des couteaux de le dos de ses collègues députés. Et regarder les poissons évidemment. Ça lui changerait de rester dans son bureau jusqu’à vingt heures, passer dans un resto minable et retourner chez lui regarder les infos. Il se dirigea alors vers le bassin des animaux marins canadiens.

-Comment s’est passé votre journée?

Ben oui, un peu de politesse ne fait jamais de mal. Max se voyait mal commencer directement dans le vif du sujet. Il avait besoin de réfléchir à commencer aborder tout ça. Et pour être franc, ça l’intéressait de savoir comment elle allait. Elle n’avait peut-être aucune envie d’être ici. Peut-être qu’elle se fichait complètement des poissons et voulait savoir ce qu’il avait à dire sur-le-champ, retourner chez elle et se féliciter d’avoir un scoop. Pourtant, Max avait comme un doute qu’elle soit se genre-là.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]
Lun 15 Aoû - 20:07


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
Under the sea



L’aquarium… Sans l’admettre haut et fort je suis ravie d’aller y faire un tour. D’accord, c’est pour les enfants, mais j’ai toujours adoré voir nager tous ces poissons et mammifères depuis que je suis jeune et c’est toujours le cas. Les lieux sont paisibles –quoi qu’un peu bruyants lors des vacances scolaires. Les déplacements fluides de ces êtres marins sont apaisants et les décors des aquariums ainsi que l’ambiance sombre des lieux font voyager… Alors ce matin en me levant, j’étais toute excité à l’avance ! Monsieur Cherry-Cardinal avait vu juste ! Mais je me demande pourquoi il a tenu à ce qu’on se rencontre ici ? Probablement parce qu’à l’aquarium, personne d’important ne traine l’après-midi, personne d’important ne pourra nous voir ou du moins, nous reconnaître. Et puis c’est un lieu public et plein de monde. Enfin, quoi qu’il en soit j’imagine que ce n’est pas pour la beauté des requins qu’il m’a demandé de venir ici. Mais ce n’est pas pour autant que je ne vais pas en profiter !

Depuis ce matin, je suis vraiment de bonne humeur. L’idée de passer du temps de ma journée de congé avec les poissons m’enchante, et ce malgré le réel but de l’entretien qui m’attend. Je me suis habillée légèrement –chaleur oblige- et pas trop strictement pour ne pas être trop décalée et remarquable par rapport aux vacanciers. Toutefois, j’ai quand même pris soin de sélectionner une tenue correcte assez sérieuse pour ne pas passer pour je ne sais quoi auprès du politicien. Je veux rester professionnelle quoi qu’il arrive.

Dans ma voiture, je trépigne. Je chante avec la radio, je sautille sur mon siège pour faire ce qu’on pourrait appeler une danse. Le trajet est agréable mais lorsque je me gare, je suis un peu plus blasée. La réalité de l’entrevue ne me rattrape et ne me plait pas vraiment. Je n’ai pas spécialement envie de participer à leurs magouilles politiques…. Mais comme dirait Monsieur James, c’est mon métier et je n’ai pas le choix.

Je me dirige vers la porte d’entrée, le cœur un peu serré, je le vois, je m’approche. Il me tend la main, je l’attrape et la serre avec un peu moins de vigueur que lui. Je me souviens de mon papa me disant « si tu sers la main de quelqu’un, fait le avec conviction. La première impression est importante. ». Je souris, autant pour ça que pour le saluer poliment. Je lui réponds sur un ton enjoué :

Bonsoir Monsieur Cherry-Cardinal !

Après tout, ce n’est pas parce que le contexte ne me plait pas particulièrement qu’il faut gâcher l’instant en faisant la gueule.

J’ai déjà payé votre billet, ça vous évitera de faire la file. Vous êtes prête à y aller? Je ne suis pas venu jusqu’ici pour rester devant le requin ami-des-tous-petits.

J’attrape le billet qui m’est destiné et je balbutie des remerciements un peu gauches. Je suis surprise qu’il m’invite. Est-ce par galanterie ? Est-ce qu’il pense vraiment que je gagne si mal ma vie après avoir vu mon appartement. Je sens mes joues rougir. Je détourne la tête pour le dissimuler.

Oui bien sûr allons-y !

Effectivement, on n’allait quand même pas rester devant l’animal en carton. J’ai un peu honte d’être « une toute petite »… Moi je trouve ce requin très mignon et si le Whip n’avait pas été auprès de moi, j’aurais pris le temps de lancer un « oh qu’il est chou » en passant devant.

Comment s’est passé votre journée?

Parfaitement bien ! Je ne travaille pas le mercredi !

Nous marchons lentement, suivant le sens de la visite. Je m’arrête devant les vitres et contemple les poissons avec délectation : je suis comme une gamine devant ces grands aquariums, les yeux écarquillés.

Votre journée a été bonne aussi ?

Je me dis que sa journée à lui devait avoir été beaucoup plus intéressante que la mienne. Il devait avoir cette vie palpitante que l’élite de la société semble avoir… Mais ce soir nous étions au même stade, à échanger des banalités…. D’ailleurs, ces échanges… Je suis un peu mal à l’aise. Comment rentrer dans le vif du sujet ? Mon compagnon n’avait certainement pas autant d’intérêt pour les poissons que moi… Alors il allait bien falloir s’y mettre.

En bonne journaliste (car malgré l’avis de mon patron je suis une professionnelle sérieuse), j’avais prévu un petit enregistreur pour capter ses propos et les reporter sans les déformer. J’espère que nos échanges « louches » passeront inaperçus.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]
Ven 19 Aoû - 5:24


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Tectus est un petit renard au pelage aussi blanc que les cheveux de Max.
Il est sournois et très intelligent. Il fera tout pour détruire la vie politique de Max car il considère qu'il ne mérite pas sa victoire. Il sera donc souvent loin de celui-ci dans le but d'aller créer des rumeurs plus ou moins avérées.
Personnage sur l'avatar - Anime : Inconnu



               


‘‘
Under the sea Ft. Murphy 
                   

Quand Max appris que Murphy ne travaillait pas le mercredi, il se demanda s’il n’était pas en train d’un peu gâcher son jour de congé, avec cet entretien au milieu des poissons. N’avait-elle pas envie d’être chez elle, avec son chien? Puisqu’ils s’étaient entendus depuis longtemps sur la date, ça ne devait pas lui poser problème. C’est ce qu’il supposa lorsqu’il posa les yeux sur elle, qui déjà fascinée par les poissons qui nageaient dans les nombreux aquariums.

Effectivement, l’endroit était impressionnant. Max n’avait jamais vu autant de poissons concentré dans un si petit rayon. Jamais ses parents ne l’avait amené «voir» quoique ce soit. Les sorties scolaires non plus, car manque d’argent. Et puis lorsqu’il avait eu l’argent, il n’avait pas songé à faire un détour dans ce genre d’endroit. Il avait préféré les bars. Mais maintenant qu’il y était, il se sentait légèrement perplexe, avec ses poissons qui nageaient tout autour et le clair-obscur de l’aquarium. C’était comme si des centaines de petits yeux globuleux épiaient ses gestes.

-Votre journée a été bonne aussi ?

La voix de Murphy le fit tressaillir. Il avait presque oublié sa présence à ses côtés. Il répondit la première chose qu’il lui passa par la tête.

-Jusqu’à maintenant oui.

Tabarnak. Bon sang Max, reprends-toi mon vieux, se dit-il en expirant par le nez. Quelle mauvaise idée d’être venu dans un aquarium…

Ne blâmer l’aquarium ne lui servirait à rien cependant. Il était nerveux. Il ne l’avait pas été depuis la soirée des élections, en allant sur ce maudit site. Mais là, alors qu’il avait toutes les clés en main, Max hésitait. Il avait la gorge sèche, et des nœuds dans le ventre, comme à chaque fois qu’il s’apprêtait à faire un choix décisif. Jusqu’à maintenant, il n’avait jamais regretté aucun de ses choix, et il espérait que cela reste ainsi.

Dans la lumière tamisée de l’aquarium, il croisa les bras et regarda Murphy avec gravité.

-Écoutez… Je veux seulement que tout soit clair. Je vous dis ce que je sais, et vous vous chargez de ne pas citer mon nom. Jamais.

Il détestait être aussi sérieux, aussi hésitant alors qu’il avait tout fait pour que cette rencontre ce passe. Sa nervosité était à quelques pas de la peur, une émotion encore plus forte qui le glaçait jusqu’au sang. En quittant le Québec, Max s’était juré de ne plus jamais connaître la misère, la honte, la pauvreté, le mépris des autres mais surtout, l’anonymat.

-Ce n’est pas que je ne vous fait pas confiance. Bien au contraire! Je veux seulement vous l’entendre dire. Si on découvre que c’est moi qui fais fuiter des informations, je peux dire Adieu à mon poste, à ma réputation et à toute ma carrière à vrai dire…

Cette idée lui donna des frissons dans le dos. Déjà, il devait avoir fait une très mauvais impression. Il avait l'air de quelqu'un qui ne pensait qu'à lui. Il n'avait pas de famille, de femme, d'enfants, de chien. Il n'avait que lui-même à prendre à charge. Alors, Max surveillait ses arrières. Il paraissait calme, mais ses yeux bleus étaient fixés sur la jeune femme, glacés. Max voulait l’entendre promettre qu’elle ne dirait rien, avant toute chose. Il la croirait sur parole. Jamais il n’aurait pu mettre, littéralement, sa vie entre les mains d’une des greluches fardés et maigre des autres stations télé. Il votait Murphy, par simple conviction qu’elle était quelqu’un de bien. Sa raison et son cœur étaient d’ailleurs en accord tous les deux sur ce point-là.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]
Ven 2 Sep - 5:00


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
Under the sea



Jusqu’à maintenant oui.

Cette phrase me glace le sang. D’accord j’étais donc bien la seule à être ravie d’être ici. Mais qui blâmer ? Pas moi ! Après tout, c’est quand même bien lui qui a choisi le lieu de notre rencontre non ? Je ne l’avais pas forcé à m’emmener ici ! Ou alors c’était juste le fait de me voir qui le mettait dans cette humeur maussade… Je grimace, je me re-concentre sur les poissons. Tant pis. Il aura à me supporter encore un peu si il veut parvenir à ses fins et à celles de mon boss. Je ne vais pas gâcher mon plaisir d’être ici juste parce que Mônsieur est un peu mal à l’aise de balancer des infos compromettantes sur tous ses petits « copains ». De quel droit on peut être mal à l’aise avant de faire une mauvaise action hein ? J’suis sûre que y’a des lois qui doivent exister pour interdire ça.

Écoutez… Je veux seulement que tout soit clair. Je vous dis ce que je sais, et vous vous chargez de ne pas citer mon nom. Jamais.

Je me retourne vers lui, balaye son visage de mes yeux. Il a l’air si tendu… Il me fait presque de la peine. Cet homme qui a dû en baver pour en arriver là où il est paraissait à présent si faible en face d’une personne aussi importante que sa paire de chaussette du mardi - c'est à dire moi. Un élan d’empathie m’envahis. J’ai envie de le rassurer avec des mots bienveillants mais… Je ne peux pas, si ? C’est tellement étrange de voir un homme qu’on a l’habitude de voir tirer par 4 épingles à la télé être nerveux comme ça, à seulement 2 pas de nous… Comment lui répondre ?

Sans être odieux, il ne parle pas spécialement avec un ton agréable, lui ; alors il trouverait peut être un peu trop déplacé que je me permette de le faire. Le temps que je me décide sur quoi et comment lui répondre, il avait repris la parole :

Ce n’est pas que je ne vous fait pas confiance. Bien au contraire! Je veux seulement vous l’entendre dire. Si on découvre que c’est moi qui fais fuiter des informations, je peux dire Adieu à mon poste, à ma réputation et à toute ma carrière à vrai dire…

OK, il fait ça exprès pour me faire craquer non ? Genre c’est une technique pour apitoyer les gens ? Un peu plus de violon en bruit de fond et j’étais prête à aller voter pour lui. Il ne faut pas que je me laisse avoir par ça ! Je dois rester professionnelle ; d’ailleurs, j’imagine que c’est la meilleure façon pour qu’il me fasse confiance. Il avait besoin de quelqu’un de pro’, pas d’une pseudo maman/copine qui le réconforte parce qu’il a un instant de stress. Je me redresse, m’approche de lui pour ne pas avoir à hurler et sur ce que j’imaginais être une intonation assez neutre mais toutefois un peu rassurante, je lui réponds :

Écoutez… Je vais être franche avec vous… Je n’avais pas spécialement envie de faire cet entretien. Une amie…

Je butte sur le mot. Est-ce que je peux vraiment l’appeler mon « amie » ? Définitivement non. Mais est ce que je peux vraiment perdre mon temps et le siens à lui expliquer le pourquoi du comment… Définitivement non plus.

Enfin une connaissance, a raconté  à mon boss que j’avais rencontré quelqu’un d’important politiquement et qu’il me proposait des informations.

Je détourne les yeux.

Du coup je me retrouve ici…

Pour paraître plus sincère, je me force à replonger mes prunelles dans les siennes. Je découvre des yeux bleus pâles. Je bloque dessus. Bleu pâle, c’est tellement innocent comme couleur. Avec tout ce que j’avais comme information sur lui (il se bat bien avec une batte, il est tacticien –pour ne pas dire vilain- en politique...) je l’imaginais avec des yeux… rouges ? Noirs ? En tout cas pas comme ça. Je rougis, honteuse de penser des trucs comme ça.

Je veux juste faire ce qu’il faut pour garder mon travail, un peu comme vous… Alors je vais récolter les informations que vous avez à me donner et je les transmettrai à mon patron qui en fera ce qu’il a envie d’en faire.

J’envisage la possibilité que Mr James me demande de mettre en forme un reportage moi-même. Je frémis.

Je ne veux pas d’ennuis, et je ne veux pas trainer ça…

Je lève légèrement ma main droite, essayant de rester discrète :

Je ne vous citerai pas. Vous avez ma parole.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]
Mar 6 Sep - 17:33


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Démon : Tectus est un petit renard au pelage aussi blanc que les cheveux de Max.
Il est sournois et très intelligent. Il fera tout pour détruire la vie politique de Max car il considère qu'il ne mérite pas sa victoire. Il sera donc souvent loin de celui-ci dans le but d'aller créer des rumeurs plus ou moins avérées.
Personnage sur l'avatar - Anime : Inconnu



               


‘‘
Under the sea Ft. Murphy 
                   

- Écoutez… Je vais être franche avec vous… Je n’avais pas spécialement envie de faire cet entretien. Une amie…

Elle hésite sur le dernier mot. Effectivement, les vrais amis se font rares, il ne faut pas prendre le mot à la légère, se dit Max en croisant les bras. Confirmer qu’elle n’avait pas envie d’être là n’étant cependant pas une surprise. Il fallait se demander alors ce qui l’avait fait changer d’avis.

-Enfin une connaissance, a raconté  à mon boss que j’avais rencontré quelqu’un d’important politiquement et qu’il me proposait des informations.

Max hocha la tête. Il était facile de voir le reste du tableau.

-Du coup je me retrouve ici…

Compris. Non seulement Murphy n’avait pas envie d’être là, mais elle avait été obligé de venir de rencontrer. Max se demanda pourquoi son patron n’avait pas choisi quelqu’un d’autre pour faire cette entrevue. Non pas qu’il ne faisait pas confiance à la jeune femme, bien au contraire, mais sans doute une autre employé de la station aurait été plus enthousiaste. Quoi qu’il en soit, Max savait qu’il aurait dû être reconnaissant envers le patron de la station d’avoir «insister», mais il était plutôt vexé que le revirement de situation ne vienne pas directement de la présentatrice.

-Je veux juste faire ce qu’il faut pour garder mon travail, un peu comme vous… Alors je vais récolter les informations que vous avez à me donner et je les transmettrai à mon patron qui en fera ce qu’il a envie d’en faire.

Fair enough. La station était à lui, il pouvait bien en faire ce qu’il voulait. Du moment qu’il puisse rester anonyme, Max n’avait pas d’objection.

-Je ne veux pas d’ennuis, et je ne veux pas trainer ça…

Max se dérida lorsqu’il vit Murphy lever la main droite.

-Je ne vous citerai pas. Vous avez ma parole.

Avec un demi-sourire, il prit la main levée de la présentatrice pour l’abaisser doucement.

-D’accord, j’ai compris. J’apprécie votre rigueur, mais pas besoin d’être aussi solennelle.

Ils arrivèrent dans la section des poissons exotiques, tous les plus colorés les uns que les autres. Ils passèrent devant un couple d’hippocampe orange pétant et d’un magnifique poisson jaune, apparemment seul. Max fixa un moment ce dernier. Dommage de devoir parler d’un sujet aussi frustrant alors qu’autour, tout était vibrant de couleur. Le Whip croisa les bras et détacha son regard du poisson pour faire face à Murphy.

-Je suis prêt.

Par où commencer? Le sujet était délicat, mais tout à fait simple. C’était peut-être d’ailleurs pour cela qu’il appréciait déjà le tôlé que ça ferait dans les médias et les journaux. Un cas classique ou les citoyens se faisaient berner et rouler dans la farine par les mensonges de leur propre dirigeant. Max observait de nouveau le poisson doré nager tranquillement et il commença.

-C’est à propos du Ministre des Finances, monsieur Oliver. Tout le monde le connait mais surtout en Alberta, sa province d’origine. Ancien vétéran, pilier dans l’industrie du pétrole, les élections ont été faciles pour lui. On lui a donné les Finances de l’État car on sait à quel point c’est un grand chef d’entreprise. Il a vendu des milliards de barils de pétrole à travers le monde, ce n’est pas rien…

Par contre, pour le Whip, Oliver était un énorme dard sous son pied en ce qui concernait la ligne du parti face à l’environnement. Il était complètement à l’autre extrémité et il ne votait jamais selon les directives données par Max. La partit était sensible aux causes environnementales, mais ce magnat du pétrole bloquait leur avancé. Ainsi, le parti faisait du sur-place depuis les élections.
S’en débarrasser n’était pas chose facile, mais Max avait fini par trouver.

-Cependant, l’un de ses sous-ministres est venu me voir l’autre jour avec des documents plus que compromettants à propos du ministre.  Il a découvert que depuis des années, monsieur Oliver possède des sociétés off-shore aux Bahamas pour échapper au fisc. Le ministre des Finances qui fait de l’évasion fiscale…vous vous imaginez la réaction qu’auront les gens?

Le pire, c’est que pendant sa campagne, Oliver avait promis de mettre fin à ce genre de pratique. En dehors de lui-même, Max se demandait s’il avait déjà vu plus hypocrite.

-Même si techniquement, la possession des sociétés off-shore n’est pas illégale, ça parait extrêmement mal, surtout venant de la part du gouvernement canadien. Ce n’est tout simplement pas honnête.

Quant à cette histoire de sous-ministre, c’était plus ou moins vrai. Max avait lui-même trouvé les preuves de l’existence de ses sociétés en jouant dans les ordinateurs de la Défense. Secret d’État, avait-il dit lorsqu’on lui avait demandé ce qu’il faisait là. Une fois imprimés, il les avait sagement enveloppés et envoyés anonymement au bureau du sous-ministre. Max savait à quel point ce dernier souhaitait prendre la place d’Oliver, et la journée après avoir envoyé les documents, le sous-ministre était allé voir Max en lui montrant fièrement ce qu’il avait «découvert». Le plus dur avait été de garder un visage neutre, alors que le Whip jubilait.

Il avait dit au sous-ministre que c’était très grave, mais qu’en tant que Whip, il ne pouvait rien faire. Nous devons nous serrer les coudes, lui avait-il dit avant de fourrer les documents dans sa déchiqueteuse. Pas con... il avait fait une copie des documents qu’il gardait au chaud dans son bureau.

Ainsi, on ne l’accuserait pas de fuite. Mais le sous-ministre risquerait d’avoir un mauvais quart d’heure.

-J’ai tous les documents qui prouvent ce que je dis dans ma voiture, dans la valise, dans ma mallette. J’ai l’air parano, mais valait mieux ça que de les perdent. Lorsqu’on sortira je vous les donnerai pour que vous puissiez les regarder et les amener à votre patron.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]
Sam 3 Déc - 17:56


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
Under the sea



Je suis prêt.

Hugh. On dirait qu'on s'apprête à commettre un crime... Mais d'ailleurs, qu'est ce qu'on s'apprête à faire si ce n'est un crime ? En réfléchissant un peu, je suis sûre que ce n'est pas très difficile de trouver une tonne de bonnes raisons d'aller rôtir pour l'éternité en enfer après notre conversation. Détruire la vie des gens c'est probablement même pire que de juste de leur ôter.

Fébrile de penser à la chaleur éternelle, j'appuie sur le petit bouton de mon enregistreur et hoche la tête pour lui faire signe de commencer. Qu’est-ce que je peux bien risquer dans le fond ? Je n’ai jamais été croyante (que ce soit en moi ou en une quelconque religion) mon cas ne peut pas vraiment s’empirer si ?

Les yeux sur un petit poisson, le politicien pris la parole :

C’est à propos du Ministre des Finances, monsieur Oliver. Tout le monde le connait mais surtout en Alberta, sa province d’origine. Ancien vétéran, pilier dans l’industrie du pétrole, les élections ont été faciles pour lui. On lui a donné les Finances de l’État car on sait à quel point c’est un grand chef d’entreprise. Il a vendu des milliards de barils de pétrole à travers le monde, ce n’est pas rien…

Contente que son attention soit accaparée par autre chose que moi, j’en profite pour fixer son visage sans trop de retenue. J’analyse ses traits, j'y cherche une preuve de remord. J'aimerais trouver l'humain derrière le monstre. Ou plutôt le monstre derrière l'humain. Pour le moment, je ne décèle rien, alors je continue histoire de capter l’émotion du moment précis où cet élogieux discours envers le ministre des finances va se transformer en égorgement télépathique.

Cependant, l’un de ses sous-ministres est venu me voir l’autre jour avec des documents plus que compromettants à propos du ministre.  Il a découvert que depuis des années, monsieur Oliver possède des sociétés off-shore aux Bahamas pour échapper au fisc. Le ministre des Finances qui fait de l’évasion fiscale…vous vous imaginez la réaction qu’auront les gens?

Oui, j’imagine. J’imagine parfaitement les gros titres des journaux, les interviews inutiles pour raconter que « on s’en doutait », les jeux de mots douteux des humoristes, les phrases des grand-mères outrées quand elles se rendront chez leur petit commerçants : « tous des pourris hein, une entrecôte pour ce midi s’il vous plait ».

Mais pire, j’imagine un homme et sa famille regardant l’écran de la télévision, se demandant comment ils vont faire à présent, comment ils vont oser sortir de chez eux, combien de temps la haine des gens va durer.

Bien entendu, ils ne me verront pas annoncer la bombe humaine, car personne de vraiment important ne regarde la chaine d’info dans laquelle je travaille. Cependant, les informations sont une maladie qui se propage vite dans les médias, sitôt j’aurais prononcé la rumeur qu'elle sera reprise par les grands chaines populaires.

Même si techniquement, la possession des sociétés off-shore n’est pas illégale, ça parait extrêmement mal, surtout venant de la part du gouvernement canadien. Ce n’est tout simplement pas honnête.

Je me retiens de lui répondre. Le plus triste dans tout ça, c’est que je sais déjà combien de temps ça va durer. Les gens ont besoin d’un os à ronger, plus c’est frais, plus c’est intéressant. Le malheur de ce pauvre ministre durera jusqu’au prochain scandale.

Il me parle de documents, je hoche la tête de nouveau et coupe mon microphone. Je me penche vers la vitre et fais mine de lui montrer un animal quand j’entends qu’on arrive.

Vous voyez le poisson orange avec une longue queue ? C’est un porte-épée, ils viennent des tropiques.

Je n’ai aucun mérite, j’ai lu ça quelque secondes auparavant sur la petite pancarte à gauche de l’aquarium. Lancée sur le sujet, je continue :

J’imagine qu’il tient son nom de sa morphologie.

Une bande d’adolescents passe juste à côté de nous et s’arrête pour regarder les poissons. Même si ils ne semblent pas constituer une vraie menace, mieux vaut ne pas prendre de risques inutiles. Je veux lui prouver que malgré ma réticence à le faire, je prends mon travail au sérieux.

Ils rigolent de futilité, font des blagues aussi grasses que les frites qu’ils enfournent dans leur bouche à un rythme indécent. Lorsqu’ils partent, je me retourne vers Max et lui demande sans pincettes :

Vous avez d’autres personnes à poignarder ou ce sera tout pour aujourd’hui ?

J’imagine que ce n’est pas le genre de commentaires que je suis supposée faire. Aussi, à peine ma phrase finie, j’appréhende sa réaction. Je n'ai pas envie de souffrir deux fois, alors j'essaye de ne pas vaciller. J'attends qu'il me répondre pour m’effondrer intérieurement et regretter d'avoir ouvert la bouche de façon aussi impertinente.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Under the sea [Ft Mumu]



Contenu sponsorisé




‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Under the sea [Ft Mumu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'artéfact des Ténèbres (Pv Mumu)
» Petits cadeaux :mumu:
» conducteur de bus ratp et les mumu ??
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN NIGHT :: Ottawa :: Les distractions :: L'aquarium-