Partagez|

Down the rabbit hole || Vesper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet : Down the rabbit hole || Vesper
Ven 12 Aoû - 9:55


Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Monstre



‘‘
White Rabbit
who is
here ?

◮ Nom : Anton.
◮ Prénoms : Vesper Calixte.
◮ Nom d'artiste : White Rabbit.
◮ Genre : Masculin.
◮ Naissance : 1990 / Ottawa.
◮ Groupe : Monstre
◮ Orientation Sexuelle : Kezako ? (gay).
◮ Autre : Artiste peintre.

Vesper… Le raccourci le plus simple pour décrire son mental serait de le catégoriser comme fou. Pourtant, ce n’est pas un esprit malade que le jeune artiste possède. Seul celui d’un homme qui a tout perdu, qui se retrouve seul au monde, sans sa moitié, sans ce qui comptait le plus à ses yeux et qui cherche à fuir la réalité. Qui reconstruit, même, sa propre réalité.

L’esprit est quelque chose de formidable. Malléable à souhait, lorsqu’on croit réellement et fort en quelque chose, on peut se convaincre que ladite chose est réelle. On peut se convaincre qu’une coupure ne fait pas mal, que l’huile de foie de morue à un goût de sirop à la fraise, que les fantômes existent, que les monstres ne sont que pure invention et que sa famille est toujours vivante…

Mais Vesper, derrière ses murailles érigées en guise de protection contre la douleur, le vide, la solitude, est un être parfaitement sensible et fragile, tout comme son apparence peut le laisse penser. À croire qu’il suffirait de l’effleurer pour le briser…

Peut-être pourrait-on le qualifier de naïf, d’innocent ou tout simplement de déconnecté de la réalité. Au fond, aucun de ces qualificatifs ne serait faux. Vesper vit dans son propre monde et fait très souvent tout ce qu’il faut pour ne pas être confronté à une réalité plus brutale, qui pourrait lui faire plus de mal que son parfait petit monde imaginaire.

Plus en détail, lorsqu’il lui arrive d’entretenir de rares discussions, il se montre très souvent distant et semble être ailleurs. Dur, en effet, d'être présent dans la réalité de l’un, si vous vivez dans votre propre réalité, non ? Il a la tête dans les nuages, se trouve être un rêveur. Oui, c’est un artiste, tout simplement…

Il a du mal à s’exprimer avec des mots, bégayant, bafouillant, hésitant, préférant pour cela le faire avec ses peintures à travers lesquelles il se fait un devoir d’ouvrir la porte sur son monde. D’où le fait qu’il se considère lui-même comme le lapin blanc, et ceux qui observent ses toiles, comme ses Alices. D’ailleurs… ce n’est pas pour rien qu’il tente de percer son le pseudonyme de White Rabbit…
he
ad
bo
dy
◮ Origine/Type : Caucasien
◮ Taille & Poids : 1m68 / 50kg.
◮ Corpulence : Vraiment mince à la limite du maigre.
◮ Couleur des yeux : Vert/bleu presque translucide.
◮ Couleur des cheveux : Blond vénitien.
◮ Autre : Pas de tatouage, pas de piercings. Il possède un grain de beauté sur le menton au côté droit et une tâche de naissance sur le flanc gauche.
◮ Style vestimentaire : Classique. Il affectionne les costumes, cravates et chaussures de ville lorsqu'il sort mais opte pour quelque chose de plus décontracté lorsqu'il peint.
Histoire
Alice ! Prends cette histoire infantine
Et de ta douce main
Dépose-là où s’entrelacent les rêves d’enfance
Dans le ruban magique du souvenir
Pareil à la guirlande de fleurs fanées du pèlerin
Cueillie en un pays lointain

J’aurais tellement voulu vous dire que Vesper n’est qu’un jeune homme parmi tant d’autres. Que son histoire, son passé, son présent, son futur, n’ont strictement rien d’intéressant à être racontés. Qu’il n’est qu’un jeune homme sans histoire, ayant vécu dans l’amour et le bonheur et la tendresse et la joie d’une famille saine, équilibrée, joyeuse… vivante. Seulement, ce n’est pas le cas. Notre jeune protagoniste à un passé tragique. Une plaie béante dans le cœur qu’il prétend ne pas voir, ne pas ressentir. Qu’il prétend ne pas exister. Mensonge que tout cela…

Vesper est né dans une famille heureuse, oh ça oui. Jack et Mary Anton, fils d’américains immigrés au Canada, canadiens de naissance, vivaient une vie paisible et heureuse à Ottawa. Lui était professeur de solfège particulier. Elle, était photographe professionnelle et dessinatrice, lors de ses heures perdues. Mariés devant la sainte église anglicane, ils ne désiraient qu’une chose : fonder leur propre famille. Entendre les rires de leurs enfants résonner contre les murs de leur maison décidément trop grande pour un couple seul. Entendre les bruits de leurs pas retentir dans les couloirs, rebondir sur les murs et bruire jusqu’à leurs oreilles. Résoudre les disputes fraternelles et s’extasier devant la complicité de leur progéniture… Et ils ont été exaucé. De la première couche naquit des jumeaux. Christian était l’ainé. Vesper, de quelques minutes le cadet. Et… dès la naissance, le lien entre eux fut très fort.

Cela ne s’arrangea pas en grandissant. Inséparables, ils faisaient tout ensemble et refusaient avec force qu’on les sépare. La seule chose qu’ils acceptaient étaient d’être différenciés. Cela ne les dérangeait pas d’être habillés, coiffés et appelés de manière différente. Mais pour eux, ils restaient une seule et unique âme. Les deux revers d’une seule pièce. Deux corps. Un être. Aussi étrange et inexplicable cela puisse-t-il être, ils « ressentaient » ce que l’autre ressentait. Comme… un instinct. Quelque chose le leur faisait savoir. On prétend que c’est souvent le cas chez les jumeaux. Ce n’est pas réellement vrai. Mais dans leur cas… il suffisait que l’un fasse un cauchemar pour qu’automatiquement, l’autre se réveille pour le rassurer. Lorsque l’un était triste, même sans rien en dire, même sans le paraître, l’autre le sentait et le consolait. Ils partageaient ainsi joie, peine, douleur. Plus jeune, ce fut pour des choses futiles. Le refus d’un de leur parent pour qu’il mange des bonbons. Un jouet cassé. Une chute mineure, un bobo au genou. Plus tard, ce fut les peines de cœur, la jalousie, l’angoisse vis-à-vis du futur… et la passion.

Car leurs parents, passionné chacun par son domaine, le leur ont transmis, inconsciemment. Christian était le musicien. Vesper le dessinateur. Aussi, lorsqu’il fut clair, très jeunes, que les deux Anton étaient des artistes nés, leurs parents leurs firent prendre, avec l’accord des deux jeunots, des cours en chaque matière. Les deux suivirent ainsi cours de solfège, de piano, de violon, de dessin, de peinture… et les deux s’avéraient très doués dans les deux domaines, mais chacun avait le sien, de prédilection.

Ainsi, le petit Vesper grandit dans ses carnets de croquis et ses feuilles volantes et Christian dans ses arpèges et ses accords majeurs. La scolarité ne fut pas chose compliquée pour eux. Loin d’être idiots, élèves studieux et modèles, ils obtenaient de bonnes notes, comblant leurs parents. Mais vint le jour où ils ont dû choisir leurs études supérieures. Et cela a été la première séparation qu’ils subirent. Les premiers temps, cela a été chaotique. Les deux avaient du mal à ne pas angoisser à l’idée d’être séparés une journée entière ou presque. De ne pas avoir sa moitié pour se compléter. Mais au bout de quelques mois, l’adaptation réussit et ils acceptèrent cette fatalité. Vesper suivaient des études d’arts visuels à la faculté d’Ottawa. Christian, lui, a intégré le cursus de musique, dans la même université. Ils se retrouvaient le midi pour manger, avec les quelques amis qu’ils se faisaient, jour après jour et le soir, ils se retrouvaient dans le salon, Christian au piano, Vesper par terre, dessinant, adossé au canapé, et leurs parents, assis sur ledit sofa, sirotant leurs colas.

Et le bonheur dura ainsi, des années durant. Les deux jeunes sortirent diplômés de l’université et pour fêter cela, leurs parents leur proposèrent d’aller en week end à New York. Seulement… Vesper refusa, ayant un entretien le lundi avec un galeriste pour pouvoir exposer chez lui. Et pour cela, il comptait bien préparer de nouveaux tableaux à présenter. Mais il insista pour que ses parents et Christian y aillent, et qu’ils profitent de leur week-end. Il garderait la maison, en attendant impatiemment leur retour.

Sauf que retour, il n’y eu jamais.

Le dimanche, tard le soir, Vesper sentit quelque chose qui lui déplu énormément. Son cœur manqua un battement. Un frisson lui secoua l’échine. Et une demie-heure plus tard, le téléphone sonna. Vesper se précipita pour répondre, soulagé d’avoir enfin des nouvelles de son frère, demandant d’emblée quand ils pensaient arriver à la maison. Mais au bout du fil, ce n’était ni Christian, ni Papa, ni Maman.

« Monsieur Anton ? Je suis l’agent Dick Wilson, de la police de Kemptville. »

Le silence se fit du côté du jeune Anton.

« Monsieur Anton… êtes-vous bien assis ? Car je crains que la nouvelle que j’ai à vous apprendre risque de vous bouleverser. »

Mais monsieur Anton avait déjà laissé tomber le combiné pour fondre en larmes. Patient, le policier a attendu qu’il recouvre ses esprits pour se saisir de nouveau du téléphone pour s’enquérir des informations.

« Pourquoi… ? Comment ? Sont-ils… ? »
« Aucun survivant. Je suis navré, monsieur Anton… Ils ont été emboutis par un dix tonnes. Le conducteur était épuisé, a eu un instant d’inattention et n’a pas vu le feu passer au rouge, alors que la voiture de votre famille s’engageait sur la voie… »

Nouveau sanglot. Vesper tenta de remercier comme il peut l’agent. On lui demanda de venir identifier les corps, dès que possible, pour confirmer que c’est bien sa famille.

La suite des évènements lui sembla… irréels. La douleur, le chagrin, le désespoir… étaient trop intense, pour lui. Et c’est alors… que tout bascula. On lui avait parlé, quelque temps auparavant, de ce site. De cette page web… Il paraîtrait que… eh bien, il suffirait de cliquer, d’indiquer son vœu, pour qu’il soit réalisé. On ne lui a jamais parlé du côté négatif. Seulement… qu’il paraîtrait que ça marche. Alors… au fond du gouffre…

« Qu’est-ce que j’ai à perdre… ? »

Voilà exactement ce qu’il s’est dit. Alors son vœu a été plutôt simple a formuler.

« Je veux que ma famille me revienne. »

Rien ne s’est passé. Rien. Sa famille n’est pas revenue. En revanche… ses cheveux se sont mis à pousser de manière drastique. Ses yeux s’éclaircirent, sa peau devient aussi lisse que celle d’un bébé, plus aucune trace d’imperfection. Ses dents, déjà bien ordonnées, se réarrangèrent de façon à devenir plus parfaite encore. Des dents blanches, toutes alignées. Une dentition qui pourrait paraître peu naturelle… ses ongles poussèrent légèrement, se durcirent. Ses muscles se formèrent, fins mais bien présents… son corps entier devint une machine à séduire. Et il s’en rendit compte très rapidement. Lui qui n’a jamais connu l’amour, le fait d’avoir un ou une petit-e ami-e, ayant laissé ça à son jumeau, fut effrayé. Il s’enferma chez lui. S’enferma sur lui.

Petit à petit, semaine après semaine, mois après mois, il se renfermait plus encore. Les prémices de sa douce folie. L’homme s’effondre. Le monstre rampe. Le Nixe qui niait en être un. Plus jeune, Vesper était fan du livre Alice au pays des merveilles, qui le marqua. Marqua au point… où il se mit, petit à petit en tête, qu’il fait partie de ce monde. Que sa famille n’est pas morte, puisque tout cela n’était pas réel. Que la seule réalité est celle qu’il s’invente.

Black out total. Le choc émotionnel. Son inconscient remplaça tout. Et il plongea tête la première dans cette folie.

Il est le lapin blanc. Christian est le temps.

Et depuis ce temps, il évolue dans ce monde qui n’appartient qu’à lui, sous sa forme humaine, ne sortant très rarement que pour se procurer de la nourriture et du matériel de peinture…

Voilà pourquoi je vous disais que ce pauvre jeune homme n’était pas sans histoire. Vous savez désormais tout du passé de notre joli Vesper qui ne rêve que de trouver ses Alices, celles qu’il fera entrer au pays des merveilles par le biais de ses tableaux, qu’il espère grandement pouvoir exposer, un jour…

Monstre ▶ Nixe
Vesper est un Nixe. Son corps entier a été reformé pour n’être que séduction. Même sa voix est devenue plus suave dans ce but. Mais Vesper nie catégoriquement l’être, à cause de la douce folie dans laquelle il a sombré, suite à cet incident le privant de ce qu’il avait de plus cher. C’est, en somme, un monstre « gentil », qui ne se considère pas comme tel. Loin de là. Pour lui, il n’est qu’un lapin blanc, insignifiant pour le commun des mortels. Et étant donné qu’il ne sort que très peu, c’est bien plus simple pour ne pas être confronté à la réalité réelle des choses... du moins, la réalité qui ne lui plait pas, qui le fait souffrir, en somme…



Le Joueur

◮ Prénom/Surnom : Stood.
◮ Âge : 22 ans.
◮ Comment as-tu trouvé le forum ? Partenariats.
◮ Et comment tu le trouves, maintenant ? Hmm. Je ne sais pas encore. Mais le contexte me plait énormément et le design aussi :D
◮ Qu'est ce que t'inspire le mot "Outaouais" ? Un bain de minuit dans une rivière. Entouré de beaucoup de jolies filles et de beaux hommes. Non ?
◮ Quelque chose à dire ? Je suis une licorne.


Dernière édition par Vesper Anton le Ven 12 Aoû - 22:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Down the rabbit hole || Vesper
Ven 12 Aoû - 10:25


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Monstre :
Démon : Bat est une grande chauve-souris qui, rappelant le héros Batman. Comme lui, elle tentera d'empêcher Travis à commettre des délits et lui rappellera surtout qu'il ne mérite pas sa liberté, sa place se trouvant en prison ou à l'asile.
Personnage sur l'avatar - Anime : Joker (Jared Leto ) - Suicide Squad


  

Spoiler:
 


‘‘
Bienvenue à toi !!
Bon courage pour ta fiche, en espérant que tu t'amuses bien parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Down the rabbit hole || Vesper
Ven 12 Aoû - 22:56


Monstre
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Monstre



‘‘
Je te l'ai déjà dit en cb, mais je te le redis ici, merciiiiiiii ♥♥♥

Et j'ai fini ma fiche, je crois :3
J'espère que ce ne sera pas trop nul éè
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Down the rabbit hole || Vesper
Sam 13 Aoû - 9:51


Golden
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Golden

Monstre :
Démon : Bat est une grande chauve-souris qui, rappelant le héros Batman. Comme lui, elle tentera d'empêcher Travis à commettre des délits et lui rappellera surtout qu'il ne mérite pas sa liberté, sa place se trouvant en prison ou à l'asile.
Personnage sur l'avatar - Anime : Joker (Jared Leto ) - Suicide Squad


  

Spoiler:
 


‘‘
Oh man, ton histoire est tellement géniale ! Je te jalouse ;w; et ton côté monstre, trop badass.
Bref j'ai aimé.
Va falloir qu'on se fasse un rp ensemble 8D
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Down the rabbit hole || Vesper
Sam 13 Aoû - 11:22


Humain
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain

Personnage sur l'avatar - Anime : Elizabeta Héderváry (Hungary) - Hetalia: Axis Powers.


You’ve got to take your mind off him
But not with aspirins


‘‘
Re-Bienvenue petite licorne ❤

Ta fiche est Parfaite : Complète, précise, détaillée !
Mais ton histoire est trop triste Pauvre petit Vesper qui a perdu sa famille... /PAN

DU COUP JE TE VALIDE (AVEC AMOUR PLZ. )

Petits liens utiles
Après la validation

Rescencement de ton avatar : WWW.
Fiche de Relation : WWW.
Demande de RP : WWW.
Le Flood : WWW.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet : Re: Down the rabbit hole || Vesper



Contenu sponsorisé




‘‘
Revenir en haut Aller en bas

Down the rabbit hole || Vesper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'Amour brille au Rabbit Hole ? :D
» Black Hole RPG
» Black Hole, mais d'où vient-il? [Shikaku]
» White Rabbit - Les délires psychédéliques d'Alice
» The he!Alice and the blond rabbit~
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GOLDEN NIGHT :: Personnages :: Présentations :: Dossiers :: Fiches Validées :: Monstre-